Julius Evola : “Le Moyen-Âge Gibelin”

Dissidence Française

evolaPar rapport au christianisme, la puissance de la tradition qui donna à Rome son visage apparaît dans le fait que la nouvelle foi, si elle réussit à renverser l’ancienne, ne sut pas conquérir réellement le monde occidental en tant que christianisme pur ; que là où elle parvint à quelque grandeur, ce ne fut qu’en se trahissant elle-même dans une certaine mesure et davantage à l’aide d’éléments empruntés à la tradition opposée éléments romains et classiques pré-chrétiens qu’à travers l’élément chrétien dans sa forme originelle.

En réalité, le christianisme ne « convertit » qu’extérieurement l’homme occidental, dont il constitua la « foi » au sens le plus abstrait, mais dont la vie effective continua d’obéir à des formes, plus ou moins matérialisées, de la tradition opposée de l’action et, plus tard, au Moyen-Âge, à un ethos qui, de nouveau, devait être essentiellement empreint de l’esprit nordico-aryen. Théoriquement, l’Occident accepta…

View original post 7,851 more words

What do you think about this?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: